8 mai : sous le signe de l’amitié Franco-Allemande


A Grigny/Rhône, Accueil, Non classé / vendredi, mai 10th, 2019

Vous trouverez ci dessous une partie de mon discours pour le 8 mai 2019. Un discours a deux voix, avec Norbert Schmidt, président de l’association l’amitié Franco-Allemande de Wettenberg. Wettenberg, ville voisine de Giessen, en proximité de Franckfort, ville jumelle de Lyon. Nous avons l’un et l’autre mis en avant l‘amitié Franco-Allemande, la réussite de paix de l’Europe et la souffrance des peuples des deux cotés du Rhin dans cette Histoire.

8 mai Franco-allemand
Le départ du défilé su square de la Libération

Extrait du discours au monument aux morts de Grigny

En ce 8 mai 2019, nous célébrons le 74ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale.  Le terme de l’un des plus grands drames de l’Humanité. La fin d’une guerre qui a ruiné l’Europe. La fin d’une guerre qui a humilié l’Europe et ses valeurs, par la haine et la barbarie qui se sont abattues sur ses territoires, sur l’Afrique et l’Asie. […] Voici pourquoi nous devons nous souvenir, voici pourquoi nous sommes ici aujourd’hui. C’est pour cela que nous devons faire ce devoir de mémoire.

Une Histoire connue …

Comment notre Europe, terre des Lumières et berceau de la démocratie, a-t-elle sombré dans cet abîme ? Comment cela a-t-il été rendu possible ? Cette question doit rester vivante dans nos esprits pour éviter que nos demains ressemblent à nos hiers. L’Histoire pourtant est connue, elle est presque simple, elle est toujours la même. Des peuples portés par un sentiment d’injustice, des politiciens qui proposent des solutions simplistes et populistes, des états qui se désolidarisent les uns des autres et les démocrates qui n’arrivent pas à s’entendre… tout était réuni pour l’explosion de 1939. Et cela inévitablement nous a conduit à cette sauvagerie aveugle. Alors souvenons-nous ! Notre devoir est de faire en sorte que cela ne se reproduise pas ! Et cela peut se reproduire, rappelons-nous en ex-Yougoslavie de 1991 à 1999, […].

Combattants et résistants, nos héros

En ce jour de commémoration, je salue la présence des anciens combattants. Vous faîtes vivre, en nous, votre engagement et votre combat pour la France. Et je salue tous les anciens combattants, tous ceux qui ont donné leur sang pour notre liberté. Ceux de France métropolitaine, mais aussi ceux de la France des colonies, de l’Afrique, du Magreb, d’outre-mer. Ceux d’Amérique, ceux des USA, ceux du Canada, ceux de l’Europe de l’Est, ceux de Russie, ceux d’Indes. Tous méritent notre reconnaissance.[…]

Resistants de tous les pays
Combattants et résistants de la métropole, d’Afrique, d’Amériques et d’outre-mer, nous vous remercions.

De la souffrance aux 4 coins du monde

La France, l’Europe, le monde entier ont souffert. Aux 4 coins du monde, aux 4 coins de l’Europe, aux 4 coins de Grigny, chaque famille a été marquée, frappée, meurtrie par cette guerre qui a duré 6 ans. 20 ans après celle que les poilus voulaient « la Der des Der », l’horreur reprenait de plus belle. Les poilus de Verdun étaient trahis.

Notre ville, Grigny, comme beaucoup d’autres, n’a pas été épargnée. Des Grignerots sont morts, des Grignerots ont souffert de blessures ou de privations, des Grignerots ont dû quitter leur foyer pour se réfugier dans les cabanes des champs par peur des bombardements. Dénonciation, STO, déportation, familles séparées….6 ans de souffrances et de peurs. Cette peur de la rafle, cette peur de la dénonciation, cette peur de se retrouver dans les prisons de Montluc ou fusillé et brulé au fort Cote-Lorette à St Genis-Laval, comme Felix Héritier ou encore déporté dans les camps comme Fleury Jay.

Lorsque l’on vit en zone de guerre, lorsque  l’on vit dans un pays occupé, un lourd tribu est toujours payé par les civils. Ne l’oublions jamais. La guerre n’est pas qu’une affaire de militaires. La guerre nous concerne tous.

Sous les bombardements, ici.

La seconde Guerre Mondiale, a été extrêmement meurtrière par l’utilisation d’armes de plus en plus perfectionnées. A Grigny, à Givors ou à Chasse-sur-Rhône des zones ferroviaires et industrielles stratégiques, les bombardements ont été meurtriers pour les civils surtout avec 38 morts et 99 blessés pour le bombardement du 25 mai 1944, mais aussi ceux de Dresde, ceux de Londres, ceux de Berlin, ceux d’Hiroshima et de Nagasaki, tous les civils du monde ont souffert. L’industrie et la science étaient au service des militaires : c’était la guerre.

UE Union Européenne
« Construire une paix de 100 ans »

Dans les camps, là-bas.

Mais les nazis ont aussi créé l’industrie de la mort, les crimes contre l’Humanité. Le 20 janvier 1942, dans la maison Marlier, sur les bords du lac de Wannsee à coté de Berlin, les nazis décident, organisent, administrent et mettent en œuvre la solution finale. La solution finale c’est la déportation et l’extermination de tous les juifs, des tziganes, des homosexuels, des asociaux d’Europe. Plus de 5 millions de juifs, dont 3 millions de polonais trouveront la mort dans les camps de concentration et d’extermination. 500 000 tziganes connaitront la mort dans ces mêmes camps. […] L’aveuglement, la haine, le racisme, l’antisémitisme, l’idéologie nazie ont porté cette solution finale. Comment des hommes et des femmes, ont-ils pu en arriver là ? Rappelons-nous toujours de l’inhumanité possible des hommes  dans certaines conditions, des hommes en état d’embrigadement… […]

En Allemagne aussi, on résistait

Amitié Franco Allemande
Norbert Schmidt intervenant aux monument aux mort

L’esprit de Résistance doit demeurer en nous et être honorer chaque année. Mais la présence de Norbert Schmidt aujourd’hui doit aussi nous permettre de rappeler que des allemands aussi ont résisté, entre 150 000 à 500 000 allemands ont résisté aux Nazis, car je ne le redirai jamais assez, nous n’étions pas en guerre contre les allemands mais contre les Nazis. Des allemands n’étaient pas Nazis et se sont opposés au régime, ils ont été pour la plupart déportés et exterminés.

Merci aux Grignerots qui se sont levés. Merci à ces résistants d’ici. Les cheminots de Badan qui ont dérouté des trains, saboté des voies, fait passer des résistants. Certains ont pris les armes, certains ont sauvé des vies, certains ont distribué des tracts, ont saboté, … Certains ont été assassinés ou fusillés comme Emile Evellier, Pierre Semard, Félix Héritier, Fabien Roussel  ou André Mayer, maire de Grigny. Certains ont été déportés et en sont morts Guy Raffin, Francis Perrat, Fleury Jay. Soyons reconnaissants et fiers de leurs engagements à tous.

Construire la paix, l’Europe

Allemagne Wettenberg
Norbert Schmidt rappelant le travail de mémoire fait par l’Allemagne vis à vis de cette période noire du pays

Avec les Alliés, avec les résistants, nous avons vaincu les Nazis! Avec les Alliés, avec les ennemis d’hier, nous avons reconstruit l’Europe ! Avec les Alliés, avec les amis d’aujourd’hui, nous avons pacifié l’Europe ! Et nous avons créé les conditions de notre unité, de notre solidarité, de notre prospérité. L’atrocité de la Deuxième Guerre Mondiale a donné naissance à la plus belle construction politique de l’Humanité : L’Union européenne. L’Union Européenne, ses valeurs, sa force, son engagement a sauvé l’Europe. Souvenons-nous de cela aujourd’hui. L’Union Européenne  n’est pas parfaite, mais prenons le temps de penser à ce qu’elle nous a permis de réaliser. L’Union européenne vaut plus que les critiques des politiciens français qui se servent trop souvent d’elle comme bouc-émissaire de leur manque de courage politique.

unité Franco-Allemande
Frédéric Serra, Norbert Schmidt, Jean-Luc Fugit et moi-même

74 ans sans être en guerre avec nos voisins…ce n’est jamais arrivé, nous sommes en capacité de faire la paix de cent ans ! Merci à ceux qui ont voulu tourner la page du passé pour construire l’avenir. Un avenir de paix! Merci à ceux qui ont construit les fondations de l’amitié franco-allemande. Aujourd’hui, notre devoir est de consolider l’Europe, de conforter le moteur franco-allemand et de consolider la paix. L’intuition géniale de Charles de Gaulle et de Konrad Adenauer est de construire une vraie amitié entre les peuples Français et Allemand. Ils décident de coopérer pour bâtir la paix entre deux pays qui ont fait 3 fois la guerre en 70 ans. Ils décident de développer une dynamique économique. En signant le traité de l’Elysée en janvier 1963, ils créent l’OFAJ ou les premiers lycées franco-allemands, ils ont su proposer à la jeunesse un horizon européen. […]

CME Conseil Municipal des Enfants
les élus du CME interviennent pour la fête de l’Europe

La présence de Norbert Schmidt, une chance et une force.

Cette vision est importante et permet une construction européenne des peuples différente des regards anciens. C’est aussi l’amitié franco-allemande qui a permis cette évolution, c’est aussi la construction de l’Europe qui a permis aux peuples de s’apprécier différemment. Aujourd’hui, à Grigny la présence de Norbert Schmidt est forte et symbolique. En juin la présence de Thomas Brunner et de Norbert sera un témoignage renouvelé de cette amitié Franco-Allemande, de notre ambition européenne. Avec le jumelage Grigny-Wettenberg, nous souhaitons offrir une nouvelle dynamique à cette idée de l’amitié franco-allemande. […]

Union Européenne
Norbert Schmidt intervenant à la fête de l’Europe

l’Europe, vers la paix de 100 ans?

A l’issue de cette cérémonie, depuis deux ans nous fêtons l’Europe ! Rappelons-nous ce que nous lui devons et mobilisons-nous pour bâtir notre idéal européen. L’Europe est un idéal. L’Europe est un idéal de paix et de vivre ensemble rêvé par les poilus dans les tranchées de Verdun, il y a un siècle. L’Europe est un idéal de paix, de vivre ensemble et de respect de la différence rêvé par les déportés dans les camps de concentration nazis. Nous, nous la vivons, nous vivons leur rêve, la paix de cent ans.

Souvenons-nous ce qu’ils ont vécu eux.

Vive l’unité Franco Allemande, vive l’Europe,

Vive la République, Vive la France.