Biodiversité? Pas assez et parfois pas du tout


A Grigny/Rhône, Non classé / vendredi, mai 3rd, 2019

L’IPBES ( Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) considérée comme le GIEC (Groupement Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) de la biodiversité a réuni 130 pays à Paris du 29 avril au 4 mai. Ces experts ont évoqué les enjeux de la biodiversité, pour sauver la « Cathédrale du Vivant ».

Un diagnostic alarmant

« le patrimoine environnemental mondial […] est en train d’être altéré à un niveau sans précédent » disent les experts. Agir? Oui mais comment? Depuis Rio, les signaux d’alarmes sont tirés pour le climat. Et alors? A Paris on croyait que les états avaient pris la mesure. Que les responsables devenaient responsables. Rien, ou si peu a été fait. Combien de milliards promis n’ont pas été mis sur la table. Par tous. Par la France en premier lieu. Allons nous faire pour la biodiversité ce que nous ne faisons pas pour le climat?

Agir ici …

A Grigny, nous avons décidé de nous engager, pour le climat, pour la biodiversité. Est-ce facile? Non! Quand nous souhaitons planter des centaines de mètres de haies, certains rechignent. Quand nous souhaitons laisser les bois coupés sur place pour qu’ils deviennent des hôtels à insectes et des ruches à biodiversité, certains volent les bois pour leur cheminée ou leur barbecue. Mais nous poursuivons, nous ne lâchons pas.

Oui la dernière tempête de fin avril a cassé des bois. Ils seront des espaces pour la biodiversité. Nous continueront à planter des arbres, des haies, des fleurs pour que les oiseaux et les insectes se développent. Les installations de ruches, parce que les abeilles sont nos meilleurs alliés, nous les poursuivrons. Nous mettrons encore des nichoirs à oiseaux, à chauves-souris, c’est nécessaire. Les composteurs individuels et collectifs développeront la biodiversité aussi. Les poules, que nous donnerons dans quelques jours aux habitants, apporteront une nouvelle façon de recycler nos déchets, une manière plus responsable, plus durable.

bord du Rhône
Les effets du vent

Les Pompiers, des Soldats de l’environnement?

Enfin, grâce au travail régulier des pompiers qui plongent dans le Rhône, ce sont des tonnes de déchets qui sont remontés et retraités. Merci à eux aussi pour cet engagement. Quand on voit les « découvertes » du Rhône, nous sommes conscients que la Biodiversité est en danger. Mais au delà de ces « déchets » combien de pollutions invisibles? Combien de pollutions sournoises par des particules fines?

« Il n’est pas trop tard … »

« Si nous continuons ainsi, oui, la sixième extinction, la première causée par les humains, va se poursuivre« , a averti Robert Watson, président de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) , ajoutant toutefois que « la bonne nouvelle, c’est (…) qu’il n’est pas trop tard« . Restons optimistes, mais vigilants et acteur de la défense de la Biodiversité.

Des sources, des idées, des approfondissements sur ce thème:

https://www.greenpeace.fr/urgence-pour-la-biodiversite-et-le-climat/

https://www.larecherche.fr/ecologie-biodiversit%C3%A9/anne-larigauderie-l%C3%A9rosion-des-%C3%A9cosyst%C3%A8mes-nous-prive-de-ce-que-la-nature

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/biodiversite/isr-rse/tout-comprendre-a-l-ipbes-l-equivalent-du-giec-pour-la-biodiversite-147176.html