La sécurité routière: une ambition aujourd’hui à Grigny/Rhône (69)


A Grigny/Rhône, Au grand Lyon, Auprès de vous, Non classé / samedi, avril 13th, 2019

En 30 ans, de 1945 à 1975, la population de Grigny a été multiplié par 2,5. C’est la période du babyboom, l’époque où les villes construisaient des écoles et des MJC. La période des grandes urbanisations, là où les HLM s’appelaient encore des HLR (habitation à Loyer Réduit). On créait le quartier des Etats-Unis de Lyon 8e ou de la Duchère initiés par Edouard Herriot puis Louis Pradel. C’était aussi la tendance du tout voiture, mais avec finalement assez peu de voiture par foyer.

Une ville d’Histoire

HLM Securité routière
Cité HLM – Résidence Pasteur Logirel

Durant cette période à Grigny, nous ont été construits des HLR municipaux, sur les nouvelles avenues Jean Estragnat et Jean Durand. Puis les premiers HLM apparaissent, rue Pasteur, puis ceux de la rue Victor Hugo. L’EDF établissait sa cité pour les employés de la centrale thermique de Loire/Rhône. Des avenues larges étaient créées pour les voitures, des voitures peu rapides, peu nombreuses, sans ceinture de sécurité, sans siège auto pour les enfants, et aussi avec beaucoup d’accidents.

Mais aujourd’hui le monde change. Nous avons beaucoup de voitures. Elles sont parfois très puissantes et nous voulons qu’elles roulent de moins en moins vite en ville, que les piétons aient leur place, que le vélo soit une solution pour nos enfants … Bref la situation est complexe !

Chaque époque a ses ambitions

Au maire d’aujourd’hui on demande corriger les choix de notre histoire. Nous voulons moins de voitures en ville, mais nous emmenons nos enfants devant la porte des écoles … en voiture. Nous voulons moins de vitesse, mais pas de contrôle. Nous voulons plus de nature, mais davantage de parking devant chez soi. Nous exigeons moins de pollution, mais sans lâcher son véhicule. Comment faire ?

Réduire la vitesse et sécuriser

Notre premier objectif a été la réduction de la vitesse et la sécurisation des piétons et des vélos familiaux.

Pour cela nous avons travaillé sur deux axes :

– les outils de réduction de vitesse : plateau relevé et chicanes servant de parking

– la séparation des flux : les piétons et les pistes cyclables protégés derrière des arbres ou les véhicules stationnés.

Évidemment cela n’est pas possible de partout. Sur les grandes avenues, pas de difficultés sinon budgétaires. Nous l’avons fait, sur l’avenue Jean Moulin. Demain ce seront l’avenue Berthelot et les rues Pierre Semard et le 19 mars 1962. D’autres moins larges, nous avons installé des plateaux relevées, avec priorité à droite et bande cyclable, sur la rue André Sabatier par exemple. Enfin sur les petites rues, nous avons installé des chicanes, des pots de fleurs, des places de parking. La vitesse est ainsi réduite. des stationnement de proximité créés.

vitesse stationnement en ville
Les chicanes de stationnement alternées.

Dans les secteurs et les plus anciens, les plus contraints en terme d’espace, nous avons créé des parkings (Berthelot, Manoir,…), Nous expérimentons des stationnement de nuit pour les riverains sur des chaussées un peu plus larges.

Et pour les modes actifs ?

Les autres objectifs étaient, le cadre de vie avec les plantations d’arbres et le développement des modes actifs. Pour la marche et les cycles, nous mettons en place toutes un réseau de trottoir et de piste cyclables accessibles. Nous établissons avec le conseil municipal des enfants un réseau de pédibus et de vélibus. Ils permettront aux élèves des écoles de se rendre en classe de façon totalement sécurisée. Chacune des écoles sera équipée en stationnements de vélo. Nous donnerons à nos enfants l’envie de se déplacer de manière active.

Quel bilan au final ?

La méthode fonctionne. Sur l’avenue Jean Moulin 45 % des conducteurs ne respectaient pas la vitesse autorisée. Aujourd’hui seuls 12 % ne la respectent pas et moins de 2 % sont au-dessus des 60 km/h, l’ancienne limitation officielle.

Il ne faut pas renoncer, il faut poursuivre ce travail. C’est l’évolution de la ville, nous ne sommes plus dans les années 50, nous avons comme horizon 2050. En 2050 tous les véhicules devront être décarbonés, un nouveau défi pour nous ! Déjà à Grigny on a planté près de 500 arbres …

Pour en savoir plus sur la sécurité routière:

http://www.securite-routiere.gouv.fr/