La lumière, la nuit, en ville.


A Grigny/Rhône, Auprès de vous, Non classé / mardi, octobre 15th, 2019

Un clic et la lumière brille. Dans nos maisons, dans nos cours, de notre téléphone, la lumière est présente à chaque instant. Un confort, un marqueur de notre époque. Notre époque, en fait depuis plus de deux cents ans, les allumeurs de réverbères, chers au Petit Prince, rallument nos nuits. La modernité dans les années 60 a même poussé, l’Etat à allumer les autoroutes. Depuis le moderne est différent …

Le Château mis en lumière pour les Nuits du Château

Mais la lumière a permis de changer le monde la nuit. Les urbanistes évoquent un paysage urbain nocturne. La ville de Lyon a troqué ses lumignons, mémoire du vœu des échevins, en une fête des lumières qui sculpte les bâtiments lyonnais. Cette prouesse technique émerveille chaque année des centaines de milliers de Lyonnais et de touristes, et dessine un nouveau Lyon « By night ».

Une lumière qui sublime …

La tour médiévale, nouveau phare de Grigny

A Grigny aussi, nous avons créé ce paysage nocturne urbain. La tour médiévale prône au milieu de la ville sa couleur. Tel un phare, elle annonce sa présence et change de couleur au fil des actualités. Du classique bleu qui répond aux entrées de ville, au rose « d’octobre rose », en passant par un Bleu Blanc Rouge républicain, elle raconte une histoire à la ville. D’autres lieux de la ville s’éclairent, ici des arbres dans un square, là des caves pour le temps de Noël, donnant aux passants un nouveau regard sur Grigny.

Les plaisirs des yeux s’effacent quand nos volets se ferment, quand nos paupières tombent. Nous savons nous affranchir de ces lumières. Mais la Nature le sait-elle? La Faune et la Flore savent-elle s’endormir? Le passionné d’astronomie trouve-t-il ses « pléiades »? Non! Cette belle lumière devient une pollution. La pollution lumineuse, celle qui nuit à la Nature et qui refuse à notre astronome amateur son « il est grand temps de rallumer les étoiles ». Là encore nous devions agir.

Les pléiades, ou l’amas M45, bien connu des astronomes amateurs

La lumière qui détruit …

Nous avons fait ce choix de renoncer à l’éclairage public la nuit à Grigny. Parce que ce choix permet de diviser par deux la consommation électrique, c’est un gain pour la planète. Ce choix c’est aussi parce que les animaux et les plantes ont droit au calme et à la nuit. Parce que nous devons nous réapproprier le noir, cette fameuse « Trame Noire », qui laisse la Nature se reposer. Elle est tout autant utile que le bio dans les cantines ou l’isolation des bâtiments. Certains ont peur dans le Noir? De tout temps, il a effrayé, il a inquiété, mais les chiffres sont là: l’insécurité est présente surtout le jour.


Lyon, France, de nuit vu de l’ISS, 16 Décembre 2013, en 600-mm (source NASA)

La lumière est magique. Celle du soleil nous réchauffe mais elle peut aussi nous brûler. La lumière dans nos villes est aussi bicéphale, elle est utile et elle peut nous illuminer nos bâtiments la nuit, mais elle est une souffrance pour la Nature qui ne peut plus se reposer. A Grigny, nous avons choisi la beauté de la lumière mais en respectant la Nature. Nous avons la lumière qui dessine, qui fascine, qui illumine. Mais nous avons aussi la nuit noire, celle qui apaise, celle qui endort, celle qui « rallume les étoiles ». Un choix durable avec une lumière tamisée, juste ce qu’il faut.